Bonsai

Bonsaï de curiosité


Question: Bonsaï curiosité


Salut, j'essaie de m'informer / m'équiper pour faire pousser mon premier bonsaï, donc en regardant autour j'ai vu plusieurs types de bonsaï mais ... selon votre expérience il est possible (passez-moi le terme) de "bonsaï" un palmier?
Je ne l'ai pas encore vu, mais je pense qu'une palmeraie bonsaï pourrait être fantastique! Salut
Nico

Réponse: Curiosity Bonsai


Cher Nico,
la culture du bonsaï implique une série de pratiques, à mettre en œuvre pour s'assurer que votre plante reste petite, même au fil des ans, afin d'obtenir une plante mature et bien développée et formée, avec l'apparence de un arbre ancien, même avec la très petite taille d'un bonsaï. Pour ce faire, les branches, les feuilles et les racines sont taillées, afin de contenir l'exubérance de chaque plante, même dans le cas de grands arbres, comme les chênes ou les séquoias.
Le développement des palmiers est tel qu'il est impossible de les cultiver en bonsaï; si en fait on cimasse un palmier, le résultat ne serait pas une production rapide de feuilles plus petites, mais la détérioration de la plante, et parfois même la mort.
En effet, les palmiers ont un développement très particulier, très différent de celui des arbres et arbustes que l'on voit couramment dans les bois: les palmiers développent des feuilles énormes, appelées frondes, dont les "pétioles" constituent la tige de la plante, le tronc.
Si nous taillons le haut d'une fronde, en espérant la rendre plus petite, nous verrons que cette fronde disparaîtra, en quelques semaines. La partie radicale du palmier est décidément particulière, en fait elle a généralement peu de grosses racines, et non un réseau de racines fines, soutenu par quelques racines plus grosses, comme dans un arbre commun; il est donc très difficile de pouvoir tailler l'appareil racinaire d'un palmier, sans nuire à sa santé de manière irréparable.
Par conséquent, il y a des palmiers cultivés sur le marché comme s'ils étaient des bonsaïs, ce sont des palmiers d'espèces minuscules, comme les chamaedorea, qui sont conservés dans des pots à bonsaïs; malheureusement, ces «palmiers bonsaï» ne sont pas de vrais bonsaïs, et donc la survie de ces plantes dans de petits pots peu profonds est courte; en général, un palmier à bonsaï préparé de cette manière reste une taille appropriée pour un bonsaï pendant quelques années, cinq ou dix, selon les espèces; plus tard, il devient trop grand et ne peut plus être présenté comme un bonsaï.
Ainsi, en pratique, vous n'aurez jamais de bonsaï de palmier, mais juste un palmier qui peut ressembler à un bonsaï pendant quelques années.
Si vous considérez alors que déjà les palmiers sont assez sacrifiés lorsqu'ils sont cultivés dans l'appartement, réfléchissez à la complexité de garder une paume dans l'appartement, avec un petit vase: en été, vous devrez l'arroser trois fois par jour, et tout au long de l'année, vous devrez garder le une humidité environnementale très élevée, sinon votre paume sera soumise, sans défense, à des ravageurs de toutes sortes, tout d'abord à la cochenille.
Depuis lors, vous n'avez aucune expérience en bonsaï, je recommande une plante plus facile à cultiver, comme un ficus retusa si vous voulez une plante d'intérieur, ou un buis si vous voulez une plante d'extérieur ou un olivier que dans les pépinières italiennes on les trouve avec une grande facilité; si vous aimez les défis d'un prébonsai ou que vous obtenez des graines, ce sera sûrement un défi plus intéressant que le palmier bonsaï.